L’accès au genre dans le secteur de l’énergie : les voies vers un développement durable

Les femmes sont sous-représentées dans le secteur électrique. Or un équilibre des genres permet de stimuler l’innovation et le changement. Partout dans le monde, des industriels et des réseaux professionnels soutiennent désormais les carrières féminines pour réussir la transition énergétique.

La situation actuelle de prise en compte du genre par le secteur de l’énergie peut évoluer positivement ou rester en l’état selon la dynamique de transversalité qui sera adoptée. La perception genre et énergie ne ressort pas comme une évidence, malgré que beaucoup d’initiatives des départements de l’énergie et de la femme ressortent cette dualité.

Au niveau international, la réflexion sur le genre et l’énergie menée peut apporter beaucoup à l’intégration de la problématique au niveau des pays africains. Cependant, la démarche adoptée n’a pas encore permis une appropriation au niveau des pays malgré le dynamisme noté. Au niveau africain, les acteurs sociaux et les agences africaines mis en place, doivent mener de concert une réflexion approfondie sur les démarches qui seraient plus à même de donner au genre une vision globalisante. Multiplier les structures sans les intégrer dans une dynamique de promotion économique et sociale des femmes, au risque d’alourdir encore la démarche, risque de ralentir l’atteinte des objectifs.

La vision africaine sur l’intégration du genre repose encore sur des considérations chiffrées, en l’occurrence le nombre de femmes dans tel secteur à tel poste, ce qui revient à se  pencher sur des indicateurs beaucoup plus parlants comme la prise en compte des attentes et des besoins liés à des services énergétiques. Les femmes sont encore dépendantes de leur force musculaire pour la réalisation de beaucoup d’activités, ce qui les excluent de plusieurs dynamiques.

La femme africaine est et restera un maillon important du développement durable qui plus qu’une priorité, est une obligation pour notre continent affecté de tous parts par des conditions naturelles très peu  favorables. Les populations locales vivent au quotidien les impacts liés à la dégradation de l’environnement et à la perte des ressources de la biodiversité. Parallèlement, l’Afrique est engagée dans la lutte contre la pauvreté et le processus d’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement, et une priorité absolue, et de la réussite de la prise en compte des femmes à travers la satisfaction de tous leurs besoins liés à l’énergie.

Des ressources financières assez substantielles sont nécessaire pour une prise en charge effective des problèmes vécus par les femmes et liés à l’énergie. Le secteur de l’énergie a ses besoins prioritaires qui nécessitent des investissements lourds. Cela ne doit pas exclure d’intégrer dans les besoins de financement la composante genre qui plus que d’autres est aujourd’hui une priorité.

Partager son avis

X